Fernande Valentin

1910 VALENTIN Fernande

Difficile de croire que j’ai connu cette belle jeune fille. Davantage, qu’elle a fait partie de ma vie, de loin ou de près, pendant trente-trois ans. C’est ma grand-mère maternelle, photographiée à l’âge de vingt ans, en 1910. Née en 1890, donc, elle a traversé une grande partie du XXe siècle. Ce n’est pas ici le lieu de raconter sa vie, il faudrait pour cela plusieurs tomes, et la plus grande partie en est perdue.

Née des amours non sanctifiées d’une ouvrière en soie de dix-huit ans, dans le pays des Cévennes, elle a passé l’essentiel de sa vie à défendre sa couvée et celles de ses enfants. Rude, économe, honnissant la fantaisie et le gaspillage. Consommons juste le nécessaire, mettons le reste de côté, pour les mauvais jours qui ne manqueront pas d’arriver. Mais parfois, quand décidément tout allait bien, de grands rires dont je me souviens.

Lorsque j’ai eu dix ans et que la conscience de la mortalité m’est venue, et la voyant vieillir, j’ai souhaité avec le bel égoïsme de l’enfance qu’elle vive jusqu’à ce que je sois assez grand pour supporter sa mort. J’ai été exaucé, puisqu’elle a atteint les frontières du grand âge, le statut des immortels, les hommes et les femmes que personne n’a vu naître. Ce n’est pas un statut enviable, car il est hors de nature de voir ses enfants mourir avant soi et d’être, comme un voyageur temporel, exilé dans un monde qu’on ne comprend pas.

 

 

4 commentaires sur “Fernande Valentin

  1. Quête sur le passé. Dans mon enfance des photos semblables – il y en avait bien peu et je me souviens de chacune- dormaient au fond d’un tiroir et il semble qu’elles aient disparues. C’est peut_être pour cela que je me suis tant intéressée récemment aux photos retrouvées après le décès de ma belle-mère.
    .Il est étrange de retrouver la mère que nous n’avons pu connaitre,celle qui ne nous connaissait pas, celle d’avant notre vie…

    J'aime

    1. Chez moi aussi de telles images sont très rares. C’étaient de petites gens qui ne se faisaient photographier que rarement, et il faut compter avec les pertes et le déménagements. Il est déjà tellement précieux que quelques images fragiles soient arrivées jusqu’à nous. Que laisseront les enfants du numériques à leurs descendants ?

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s